Copywriting : une 2e stratégie de maître pour faire passer vos prix, même très élevés

Toute personne qui fait du copywriting (rédaction commerciale et publicitaire, conception-rédaction) finit par être confrontée à un moment crucial :

Celui de présenter son prix, et de le faire accepter, surtout si ce prix est élevé, voire très élevé.

Et si ça bloque à ce niveau, il est peu probable que vos prospects passent commande en nombre suffisant, même si le reste de votre texte de vente est digne de celui d’un maître copywriter.

Alors, comment présentez-vous d’habitude vos prix, surtout s’ils sont élevés ou très élevés ?

Sentez-vous que vous pourriez améliorer votre chiffre d’affaires si vous les présentiez à la manière des maîtres en copywriting ? Sentez-vous que cela vous aiderait de les présenter comme le font ces personnes dont un seul des textes de vente rapporte des millions d’euros ?

Si oui, ce nouvel article vous livre une 2e stratégie de présentation des prix, même très élevés. Mais ce n’est pas tout !

Il  :

  • vous fournit un exemple sur la manière dont les maîtres en copywriting transposent cette stratégie en mots ;
  • vous révèle les 8 secrets de copywriting (conception-rédaction, rédaction commerciale et publicitaire) contenus dans cet exemple ;
  • vous donne deux modèles de présentation des prix, même très élevés ; modèles conçus à partir d’un annonciateur de prix développé et utilisé avec succès par le maître copywriter Christian Godefroy. Les avantages pour vous?

Pouvoir les utiliser à votre tour dans vos textes de vente, vous épargner les souffrances liées au copywriting, achever beaucoup plus rapidement vos textes de vente, et obtenir les mêmes effets que ce maître copywriter, même si vous débutez en copywriting.

  • vous dévoile ce qu’il vous faut faire si vous êtes passionné de copywriting et préférez l’apprendre plutôt que d’utiliser des modèles fin prêts à l’emploi pour construire rapidement et facilement des textes de vente performants.

Bonne lecture de cet article ! 😉

 

 

Copywriting, la stratégie : démontrer au client qu’il est censé décaisser davantage, mais pas que cela

La stratégie de copywriting (rédaction commerciale et publicitaire, conception-rédaction) en question comporte trois volets :

  • démontrer clairement à votre client potentiel qu’il est censé décaisser bien plus que la somme que vous lui réclamez ;
  • offrir des facilités de paiement ;
  • démontrer au client potentiel qu’il va avoir rapidement du résultat, qu’il s’agisse d’un résultat financier ou de toute autre nature.

 

Prenons chaque volet de cette stratégie de rédaction commerciale et publicitaire, et expliquons-la :

  • démontrer clairement à votre client potentiel qu’il est censé décaisser bien plus que la somme réclamée, c’est lui montrer tout ce qu’il aurait dépensé s’il voulait fabriquer lui-même le produit menant au résultat désiré. C’est ainsi qu’il verra votre prix comme une véritable opportunité, une aubaine à saisir immédiatement ;
  • offrir des facilités de paiement, c’est faire en sorte que le client n’ait pas à décaisser énormément d’argent avant d’accéder au produit et de commencer à l’utiliser pour avoir du résultat ;
  • démontrer au client qu’il va avoir rapidement du résultat, c’est lui prouver qu’il rentrera rapidement en possession de l’argent décaissé pour acheter le produit. Et s’il ne s’agit pas d’argent à récupérer, c’est lui montrer qu’il aura rapidement, voire instantanément le résultat espéré. C’est lui montrer qu’il en aura rapidement pour son argent.

 

Comment parvenir à transposer une telle stratégie de copywriting en mots ? Vous allez le découvrir un peu plus loin !

Pourquoi utiliser cette stratégie pour présenter vos prix très élevés ou pas ? Lisez donc ce qui suit !

 

Pourquoi employer cette stratégie copywriting de présentation d’un prix, même très élevé ?

Utiliser cette stratégie de copywriting de présentation d’un prix – même très élevé-, c’est lever la grosse majorité des obstacles qui empêchent votre client de passer commande. Lesquels ?

Lorsque votre acheteur potentiel est convaincu de l’utilité de votre produit pour lui, il se pose, inconsciemment ou consciemment, des questions ou préoccupations comme celles-ci :

  • est-ce que je ne suis pas en train de payer trop cher ce produit, surtout à ce prix-là ? Est-ce une bonne, une très bonne affaire pour moi ? Vais-je recevoir un maximum de valeur pour mon argent durement gagné ou suis-je en train de me faire arnaquer ?
  • tiens, ça fait beaucoup trop d’argent à décaisser pour utiliser ce produit. Je n’ai pas une telle somme actuellement. Je ne peux pas m’acheter ce produit.
  • tiens, ça fait beaucoup d’argent à décaisser pour utiliser ce produit.J’ai trop de dépenses actuellement. Je ne peux pas me permettre de mettre tout cet argent dans un seul produit.
  • Quand est-ce que je vais récupérer mon investissement si j’achète le produit ?
  • Quand est-ce que je vais avoir du résultat si j’achète le produit ? Est-ce que cela va prendre beaucoup de temps ?

 

Répondre efficacement à ces questions ou préoccupations lors de votre présentation du prix, c’est décupler la vitesse et la quantité des commandes.

Mais comment le faire ? Comment traduire en mots les 3 volets de cette stratégie de copywriting ?

 

Comment transposer cette stratégie copywriting en mots, à la manière d’un maître copywriter ?

Pour vous montrer la manière dont les maîtres en copywriting transposent cette stratégie en mots, nous allons prendre l’exemple d’un annonciateur de prix développé et utilisé par Christian Godefroy. Puis, nous allons dévoiler les 8 secrets de copywriting derrière cet annonciateur de prix.

Mais avant de le faire, savez-vous précisément ce qu’est un annonciateur de prix ? Si non, c’est décrit dans le contenu Le vocabulaire du copywriting expliqué.

Commençons donc : 

  • Un exemple d’annonciateur de prix qui transpose cette stratégie en mots

Pour transposer cette stratégie copywriting en mots, voici comment le maître copywriter Christian Godefroy s’y est pris et a annoncé un prix de 10.000 euros :

« Voyons, vous allez recevoir 386.565 mots, soit 1.391 pages, (30 ouvrages), plus un cours de formation professionnel sur 6 mois avec suivi personnalisé.

L’investissement que représente tout cela est de plusieurs centaines de milliers d’euros. Une traduction de 386.565 mots coûte 30.925 euros. La rédaction de 1.391 pages par un rédacteur coûte au moins 69.550 euros, et je ne parle ni des frais de graphisme des couvertures, ni de la relecture, ni de la mise en forme — ni des 135 pages de vente qui vous sont fournies.

Rien que l’achat au prix PUBLIC de tous ces ouvrages et logiciels représente 680 euros. Le simple droit de revente de 30 ouvrages serait un minimum de 1.799 euros. Ma proposition vous permet non seulement d’avoir le droit de revente, mais celui aussi de modifier les textes et leur forme (on nomme cela label privé) !

 

Je vous propose de ne verser

que 2.988 euros maintenant

Et 7.012 euros quand vous aurez gagné

votre premier million.

 

Et vous pouvez étaler vos paiements en ne versant que 249 euros par mois pendant 12 mois. Si vous réglez d’un coup, vous économisez 491 euros et ne versez tout de suite que 2.497 euros.

C’est-à-dire que le Pack « Les Secrets du Marketing Éditeur Internet » vous coûtera moins que si vous achetiez les droits de revente de ces ouvrages – et qu’il vous suffira de vendre MOINS DE 5 exemplaires de chaque produit pour rentrer dans vos fonds »

Auteur : maître copywriter Christian Godefroy

Source : La Boîte à Outils du Copywriter

 

  • Percevez-vous les 8 secrets de copywriting derrière cet annonciateur de prix de Christian Godefroy ?

Les voici, ces 8 secrets de copywriting (conception-rédaction, rédaction publicitaire et commerciale) :

  1. Récapituler tout ce que l’acheteur va recevoir : « Voyons, vous allez recevoir 386.565 mots, soit 1.391 pages, (30 ouvrages), plus un cours de formation professionnel sur 6 mois avec suivi personnalisé »
  1. Annoncer le coût réel de tout ce que l’acheteur va recevoir : « L’investissement que représente tout cela est de plusieurs centaines de milliers d’euros »
  1. Lui prouver la véracité de ce coût en le lui détaillant : « Une traduction de 386.565 mots coûte 30.925 euros. La rédaction de 1.391 pages par un rédacteur coûte au moins 69.550 euros, et je ne parle ni des frais de graphisme des couvertures, ni de la relecture, ni de la mise en forme — ni des 135 pages de vente qui vous sont fournies »

 Dites, à votre avis, comment aurait réagi la cible si le maître copywriter Christian Godefroy s’était contenté de dire :

« L’investissement que représente tout cela est de plusieurs centaines de milliers d’euros ». 

Elle se serait dite : « C’est ça Christian. Tu dis ça parce que tu veux me refourguer cher, très cher ta marchandise. Rien ne me prouve que c’est vrai ».

Et si elle ne croit pas que l’investissement nécessaire à la création du produit a coûté des centaines milliers d’euros, elle doutera des 10.000 euros à décaisser pour l’acheter. Et pour éviter de se faire arnaquer (selon elle), elle évitera d’acheter le produit.

Voilà pourquoi, en copywriting (conception-rédaction), vous devez absolument éviter les affirmations gratuites. Prouvez vos dires, ou vous finirez par faire faillite.

Et c’est ce qu’a fait Christian Godefroy en détaillant le coût du produit.

Parvenu à ce stade, l’acheteur potentiel se dit : « Waooh, vais-je devoir dépenser autant pour avoir le produit ? 30.925 euros+69550 euros+ les frais de graphisme des couvertures+… ? ».

En fait, il reconnaît la valeur du produit. Il reconnaît qu’il est censé décaisser le même montant pour avoir  le produit. Et là, ça l’effraie et ça l’irrite un peu. Et il ressent le besoin de voir le prix auquel on lui propose le produit soit pour prendre ses jambes à son cou, soit pour se frotter les mains et passer commande.

Et comme il a besoin de voir ce prix, il va continuer la lecture de votre texte de vente.

  1. Décrire au client la valeur supérieure au montant décaissé : « Rien que l’achat au prix PUBLIC de tous ces ouvrages et logiciels représente 680 euros. Le simple droit de revente de 30 ouvrages serait un minimum de 1.799 euros. Ma proposition vous permet non seulement d’avoir le droit de revente, mais celui aussi de modifier les textes et leur forme (on nomme cela label privé) ! »

 Ici, au lieu de faire connaître le prix, le maître copywriter Christian Godefroy continue d’enfoncer le clou. Il continue de montrer à l’acheteur potentiel tout ce qu’il est censé décaisser. Mais il va encore plus loin !

Il montre au prospect qu’il va bénéficier des droits de label privé pour le prix des droits de revente. Autrement dit, il va bénéficier d’une valeur supérieure au montant décaissé.

  1. Offrir à l’acheteur potentiel de ne payer que 30% du prix pour accéder au produit tout de suite, et 70% seulement après avoir obtenu du résultat : « Je vous propose de ne verser que 2.988 euros maintenant Et 7.012 euros quand vous aurez gagné votre premier million».

Ici, Christian Godefroy donne le prix du produit. Mais remarquez qu’il ne l’a fait qu’après avoir montré au client potentiel qu’il est censé décaisser davantage.

Il a montré à l’acheteur que ce dernier est censé décaisser plusieurs centaines de milliers d’euros :

  • 925 euros pour la traduction de 386.565 mots
  • 550 euros pour la rédaction de 1931 pages ;
  • Les frais de graphisme des couvertures ;
  • La relecture et la mise en forme ;
  • Les 135 pages de vente fournies.

 

Mais est-ce tout ce que Christian Godefroy a fait ici ? Non !

Il a également promis à sa cible un résultat : « Son premier million ». Et remarquez comment il a attaché le montant à décaisser tout de suite au résultat promis :

« 2988 euros maintenant pour le premier million à gagner »

 

Cette façon de faire s’apparente à la stratégie du maître copywriter Gary Halbert décrite dans le contenu  : Copywriting : une stratégie de maître copywriter pour faire passer vos prix.

Par ailleurs, la technique de conclusion de la vente  « 30% maintenant, 70% plus tard » ne vous rappelle pas quelque chose ?

Oui, c’est une technique énormément employée dans les ventes en face-à-face (client et vendeur l’un devant l’autre) à deux différences près. Laquelle ?

D’habitude, dans les ventes en face à face, on propose au client de décaisser 50% à la commande, 50% à la livraison ou 70% à la commande, 30% à la livraison.

La première différence, c’est la promesse d’un résultat et non la promesse de la livraison. C’est plus fort, et beaucoup plus puissant. Pourquoi ? Vous allez le découvrir dans quelques instants.

La deuxième différence ? Christian Godefroy, lui, a inversé les chiffres en annonçant son prix dans le texte de vente : 30% à la commande, 70% dès que vous avez du résultat. Pourquoi a-t-il fait cela ?

Vous voyez, dans une vente en face à face, le client vous a devant lui. Il peut vous entendre  lui parler directement plutôt que dans une vidéo, il peut vous toucher en vous serrant la main. Il connaît peut-être même le siège de votre entreprise pour l’avoir visité. IL SAIT OÙ VOUS TROUVER en cas de besoin. Il vous fait donc déjà beaucoup plus confiance. Et il lui est plus facile de vous payer 70% à la commande, 30% à la livraison.

Mais sur internet (ou par boîte postale), la plupart du temps, il n’a jamais eu l’occasion de vous avoir en face de lui. Il n’a jamais visité vos bureaux, et il ne vous a jamais serré la main. Vous n’êtes pas irréel, mais vous lui semblez  un peu ʺvirtuelʺ, pas palpable. Alors, vous payer 70% sur 10.000 euros, ce n’est pas une décision facile à prendre. Par conséquent, Christian Godefroy a tout simplement inversé les chiffres.

Remarque rapide : vous le voyez bien, comme l’affirmait le maître copywriting Claude Hopkins, le copywriting, c’est de la vente par écrit. Donc, les techniques de vente, utilisées en face à face, peuvent être dupliquées lorsqu’on se sert des textes de vente. Et vice-versa.

Rappelez-vous constamment de cette vérité, et vous verrez à quel point votre copywriting comme vos techniques de vente en face à face ou par téléphone s’amélioreront drastiquement.

Mais à présent, voyez-vous pourquoi il est beaucoup plus puissant de promettre du résultat plutôt que de promettre la livraison ?

C’est tout simplement parce que c’est ce que le client veut. Le client veut du résultat. C’est seulement pour ça qu’il a besoin que vous lui livriez votre produit. Il sait qu’une fois qu’il a votre produit, il pourra l’utiliser et avoir du résultat.

En disant à l’acheteur qu’il ne payera 7012 euros ( les 70%) qu’après avoir gagné son premier million, Christian Godefroy lui a dit ce qu’il avait envie d’entendre.

Et ça a eu un gros impact : ça a poussé la cible à se dire :

« Tiens, il me propose de payer la plus grosse partie du montant seulement quand j’aurai eu du résultat. Il ne me proposerait pas cela s’il n’était pas sûr des performances de son produit ».

Et se dire ça, ça met le client potentiel en confiance et le pousse davantage à l’achat.

 

  1. Proposer au client de payer les 30% d’avance en plusieurs tranches et lui montrer l’économie faite s’il choisit de vous régler la totalité de ladite avance en une fois : « Et vous pouvez étaler vos paiements en ne versant que 249 euros par mois pendant 12 mois. Si vous réglez d’un coup, vous économisez 491 euros et ne versez tout de suite que 2.497 euros ».

Au passage, notez que permettre à votre client de payer en plusieurs tranches, ça ne fait pas que le motiver davantage à acheter. Ça le met également en confiance. Car il se dit : « Si son produit était du n’importe quoi, il ne me permettrait pas de payer par tranches. Il essaierait de me prendre un maximum d’argent en une fois ».

 

  1. Décrire à nouveau au client la valeur supérieure au montant décaissé : « C’est-à-dire que le Pack « Les Secrets du Marketing Éditeur Internet » vous coûtera moins que si vous achetiez les droits de revente de ces ouvrages ».
  2. Démontrer au client qu’il va récupérer rapidement son investissement : « et qu’il vous suffira de vendre MOINS DE 5 exemplaires de chaque produit pour rentrer dans vos fonds »

Vous voyez, être un bon copywriter ou commercial, c’est vous mettre à la place de votre client potentiel et l’aider à surmonter les obstacles à l’achat de votre produit.

Une fois votre client potentiel convaincu de ce qu’il va faire une très bonne affaire en achetant votre produit, et qu’il pourra le faire en tranches, il va se demander à quel moment il va récupérer les 30% investis.

Lui démontrer que ça peut se faire rapidement et facilement, c’est le pousser davantage à la commande.

 

Et si vous n’avez pas envie d’utiliser TOUTE cette stratégie de présentation des prix dans votre texte de vente, vous faites quoi ?

Si vous ne voulez pas vous servir de toute cette stratégie, il vous suffit de piocher ce qui vous intéresse.

Par exemple, supposons que vous ne désirez pas offrir « 30% à la commande, 70% dès obtention du résultat » à votre client. Il vous suffit de supprimer cet aspect de votre annonciateur de prix.Tout simplement !

C’est juste que nous avons voulu vous présenter l’intégralité de l’annonciateur de prix tel qu’il a été développé et utilisé par Christian Godefroy. Et c’est juste que nous avons voulu vous en montrer toute la puissance.

Et là, je vous entends nous dire :

« Ulrich, David, trop compliqué tout ça ! Vraiment !

Avec tout ce que j’ai à faire pour que mon business se développe, quand est-ce que je vais apprendre à reproduire toute cette stratégie de présentation des prix élevés dans mes propres textes de vente ? Quand est-ce que je vais apprendre à développer des automatismes sur la façon de structurer mon propos, d’aligner les mots pour produire des résultats pareils à ceux des maîtres en copywriting ?».

Et là, je vous réponds :

 

Pourquoi faire tout le dur travail de copywriting quand des modèles prêts à l’emploi existent ?

Le copywriting (rédaction publicitaire et commerciale, conception-rédaction), vous n’avez besoin de l’apprendre à fond que s’il vous passionne et vous intéresse. Surtout que cet apprentissage, s’il va être complet, va vous coûter plusieurs années.

C’est vrai, si vous voulez apprendre les secrets d’un des textes de vente d’un maître en copywriting, puis les utiliser dans votre propre texte de vente, il ne vous faudra pas des années.

Mais si vous voulez apprendre les secrets de tous les textes de vente des maîtres en copywriting, puis apprendre à les utiliser, développer les automatismes nécessaires, ça va vous coûter des années.

HEUREUSEMENT, pas besoin de vous casser la tête à le faire. Pourquoi ?

Parce que, pour que vos textes de vente obtiennent le même effet que ceux des maîtres en copywriting, il suffit que vous utilisiez des modèles conçus à partir de leur contenu, et qui sont prêts à l’emploi .

 

Reprenons l’annonciateur de prix décortiqué ci-dessous. Voici deux modèles prêts à l’emploi qui en sont tirés et qu’il vous suffit d’utiliser en les remplissant :

Modèle 1 : « Voyons, vous allez bénéficier de …, plus un… avec… .

L’investissement que tout cela représente est de plusieurs centaines de milliers d’euros. Un… coûte… . Une … revient à… ; et c’est sans compter… .

Rien que… représente (chiffre) euros. Ma proposition vous permet non seulement de…, mais également de… .

Et ce n’est pas tout : je vous propose de ne verser que… maintenant et… quand vous aurez gagné vos premiers….

En plus, vous pouvez étaler vos paiements en ne versant que (chiffre) euros pendant (chiffre) mois. Si vous réglez d’un coup, vous économisez (chiffre) euros et ne versez tout de suite que (chiffre) euros.

C’est-à-dire que le (nom du produit) vous coûtera moins que si vous avez… – et qu’il vous suffira de … pour rentrer dans vos fonds »

 

Modèle 2 : « Voyons, vous allez (décrire le résultat principal obtenu en utilisant votre produit), tout en (décrire un 2e résultat obtenu avec votre produit). En plus, vous (décrire un 3e résultat obtenu avec votre produit ».

Dépenser vous-même pour obtenir de tels résultats équivaudrait à sortir plusieurs centaines de milliers d’euros. Un… coûte… . Une … revient à… ; et c’est sans compter… .

Rien que… représente (chiffre) euros. Mon offre vous permet de… ; et mieux encore, elle vous permet également de… .

Et ce n’est pas tout : je vous propose de verser maintenant seulement (chiffre) euros et (chiffre) euros quand vous aurez obtenu le résultat suivant : …

En plus, vous pouvez étaler vos paiements sur (chiffre) mois en versant aussi peu que (chiffre) euros par mois. Si vous réglez d’un coup, vous économisez (chiffre) euros et ne versez immédiatement que (chiffre) euros.

C’est-à-dire que le (nom du produit) vous coûtera au final bien moins que si vous avez… – et qu’il vous suffira à peine de (chiffre) jours/semaines/mois pour expérimenter les résultats suivants : …»

 

Comme vous l’avez compris,  le modèle 1 peut être utilisé pour tous les produits liés d’une manière ou d’une autre  à l’amélioration des revenus de vos clients. Par exemple, si vous proposez une formation qui permet au client de doubler son trafic ciblé, vous pouvez l’utiliser. Si vous vendez des parcelles  de terrain à des personnes qui veulent s’enrichir en les revenant plus chères, vous pouvez l’utiliser.Etc.

Le modèle 2, lui, peut être utilisé pour tous types de produits, même ceux liés à l’amélioration de la santé et du bien-être global du client.  Par exemple, si vous vendez un produit qui permet de perdre du poids, vous pouvez l’utiliser. Si vous vendez une formation sur le dressage de chien, vous pouvez l’utiliser. Etc.

Des modèles de divers annonciateurs de prix qui se servent des stratégies des maîtres copywriters,  La Boîte à Outils du Copywriter en contient beaucoup ! Et d’ailleurs, elle ne contient pas que des modèles d’annonciateurs de prix.

 

Mais peut-être, faites-vous partie des passionnés de copywriting, de ceux qui veulent l’apprendre plutôt que d’utiliser des modèles fin prêts à l’emploi  ?

Même dans ce cas, La Boîte à Outils du Copywriter  est exactement ce dont vous avez besoin. Laissez-nous vous expliquer pourquoi.

Vous voyez, de nombreux livres de copywriting sont là pour vous apprendre la théorie du copywriting. Nous ne disons pas que c’est mauvais. C’est même essentiel. Pourquoi ?

Tout simplement parce qu’il vous faut comprendre que votre accroche doit parler à sa cible de ce qui l’intéresse, du désir qu’il cherche activement à satisfaire. Tout simplement parce qu’il vous faut comprendre qu’il est essentiel de décrire ou de montrer le résultat obtenu quand on utilise votre produit. Etc.

Malheureusement, la grosse majorité de ces livres de copywriting ne vous expliquent pas vraiment comment traduire tous leurs bons enseignements en mots et phrases dans votre texte de vente. Ils ne vous dévoilent pas quels mots utiliser, et comment  structurer vos phrases pour avoir le résultat désiré.

Pour apprendre à faire cela, il vous faut tout d’abord passer des heures innombrables à retrouver et collecter les textes de vente réellement écrits par des maîtres copywriters. Puis, il vous faut les traduire, vu que la majorité sont en anglais. Mais ce n’est pas tout !

Il faut également identifier les divers outils de copywriting (accroches, ouvertures ou premiers paragraphes, appels à l’action ou metteurs de pression, annonciateurs de prix, garanties, etc) avant de les classer par catégories.

Ce n’est qu’après cela que vous prendrez chacun de ces outils, puis apprendrez à les réécrire manuellement (ou sur ordinateur) en utilisant vos propres mots. C’est en répétant cet entraînement que vous parviendrez, au fil du temps, à développer les automatismes nécessaires.

Et si cet entraînement à la réécriture et reproduction des outils de maîtres copywriters ne peut être fait par personne d’autre que vous, au moins tout le reste du processus décrit ci-dessus a déjà été accompli par La Boîte à Outils du Copywriter. Car, avant même de vous fournir les modèles prêts à l’emploi, elle vous présente les versions originales de ces outils de maîtres en copywriting.

Donc, il suffit de piocher, chaque jour, un de ces outils, puis de vous entraîner à le réécrire avec vos propres mots. Vous allez développer les automatismes des maîtres copywriters. Comme eux,vous saurez enchaîner vos idées de la bonne façon. Comme eux, vous saurez choisir les bons mots, et structurer vos phrases de façon à obtenir le résultat désiré. Et si vous voulez aller plus vite, il vous suffit de reproduire/réécrire, chaque jour, plusieurs de leurs outils plutôt qu’un seul par jour.

Mais encore une fois, pourquoi se casser la tête à faire tout cet entraînement si l’on n’est pas passionné comme nous et que des modèles prêts à l’emploi peuvent être utilisés pour construire rapidement et facilement des textes de vente performants ?

Dans tous les cas, si vous désirez découvrir d’autres façons de faire passer le prix, lisez donc les deux contenus suivants :

 

Voilà, avez-vous des questions ou des préoccupations  relatives à cette stratégie des maîtres en copywriting pour faire passer des prix, même très élevés ? Si  oui, merci de nous en faire part dans la zone réservée ci-dessous à cet effet.

 

Et si cet article vous a apporté quelque chose, merci de le partager à vos proches que ça pourrait aider, ou de le liker si vous préférez. Ça motive beaucoup à en écrire d’autres pour vous. 🙂

 

 

Leave a Comment

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.