Copywriting : 1 stratégie de maître pour faire passer vos prix

En  copywriting, il existe des dizaines et des dizaines de stratégies développées par les maîtres copywriters pour faire passer le prix.

Une fois venu le moment de présenter et de faire passer les vôtres, avez-vous du mal à vous en sortir ? Vous demandez-vous ce qu’il vous faut écrire pour donner envie à vos prospects de commander ? Aimeriez-vous savoir comment les maîtres copywriters s’y prennent ?

Si oui, cet article vous dévoile une stratégie de maître pour présenter efficacement vos prix, et les faire passer. Mais ce n’est pas tout !

Il vous fournit également un exemple sur la façon dont les maîtres traduisent cette stratégie en mots.

Il dévoile, en plus, les secrets de copywriting (rédaction commerciale et publicitaire,conception-rédaction) cachés derrière cet exemple. L’avantage pour vous ?

Pouvoir les utiliser à votre tour, surtout que 3 modèles prêts à l’emploi, tirés de cet exemple, vous sont proposés !

 

Copywriting, la stratégie en question : opposer ce que le client dépense à ce qu’il gagne

Une stratégie de copywriting pour faire passer efficacement le prix, c’est d’opposer ce que votre futur client va dépenser à ce qu’il va gagner.

Vous voyez, vous avez peut-être le meilleur produit du monde, celui qui règle les problèmes les plus urgents de votre client, celui qui va le satisfaire au maximum. Mais cela n’empêchera pas votre client d’hésiter au moment de passer commande.

Il va se demander s’il ne s’apprête pas à gaspiller de l’argent. Il va se demander s’il ne paye pas trop cher votre produit. Il va voir s’il ne peut pas faire autre chose de son argent, autre chose qui serait plus profitable pour lui. Il va se demander s’il va récupérer son argent en cas d’insatisfaction. Etc.

Pour lever ses hésitations, servez-vous donc des 5 secrets pour pousser vos prospects à passer commande.

Mais ne vous arrêtez pas en si bon chemin : opposez ce que votre client va dépenser à ce qu’il va gagner. Pourquoi ?

 

Pourquoi utiliser cette stratégie copywriting de présentation du prix ?

Pourquoi devriez-vous utiliser cette stratégie des maîtres du copywriting ?

Vous voyez, au moment de passer commande, votre client ne pense pas assez fort à tout ce qu’il gagne en commandant votre produit. Ce n’est pas quelque chose d’automatique pour lui. Ce qui l’est, c’est plutôt des pensées tournées vers tout l’argent qu’il va devoir décaisser. Et plus cette somme sera élevée, plus il va y penser sans la mettre en balance avec ce qu’il va gagner.

C’est à vous de le lui rappeler en ce moment-là, de rappeler à son cerveau confus et en ébullition que tout ce qu’il va gagner surpasse de loin ce qu’il va décaisser.

Mais techniquement, comment le faire ? Comment aligner les mots de façon à faire voir cela au client ? Quelles techniques de rédaction commerciale et publicitaire (copywriting) utiliser ?

 

Comment traduire cette stratégie copywriting en mots, à la manière d’un maître copywriter ?

Pour traduire cette stratégie copywriting en mots, voici comment le maître copywriter Gary Halbert s’y est pris :

« Bien que ce livre puisse signifier des centaines et des milliers de dollars pour vous, il est seulement à 3 dollars » Auteur : Gary Halbert

Source : La Boîte à Outils du Copywriter

 

Percevez-vous les secrets de conception-rédaction derrière cet annonciateur de prix de Gary Halbert ?

Les voici :

  1. Commencer par une locution conjonctive qui fait penser à l’opposition : « Bien que » ;
  2. Utiliser le verbe « Pouvoir » pour éviter que la déclaration soit rejetée.

Si le maître copywriter avait dit « Bien que ce livre signifie des centaines et des milliers de dollars pour vous », sa cible aurait pensé : « Qu’est-ce qui prouve que ça va être le cas ? », et elle aurait mentalement rejeté sa déclaration.

En écrivant : « Bien que ce livre puisse signifier  des centaines et des milliers de dollars pour vous», le maître copywriter a admis la possibilité que ce ne soit pas le cas. Il a admis que le livre pourrait ne pas rapporter autant, comme il se pourrait que ça le fasse.

De cette façon, il a éteint les voyants rouges qui s’allumaient dans la tête des prospects ; ceux qui allaient les pousser à crier à l’arnaque parce qu’ils se seraient dits :

« ça, c’est trop beau pour être vrai ! Un livre de 3 dollars qui va m’en rapporter des centaines et des milliers ? ».

En se servant du verbe « Pouvoir », Gary Halbert a plutôt poussé sa cible à se dire :

« Ok, il admet donc qu’il y a une possibilité que ce livre ne rapporte pas autant, même si cette possibilité est faible. C’est réaliste ! Il me dit la vérité. C’est bon, continuons à le lire ».

  1. Se servir de la graduation pour crédibiliser la grosse promesse : des milliers de dollars pour la cible. Si vous ne servez pas ce qu’est la graduation, lisez donc le 2e conseil de ce contenu : 7 conseils pour rendre vos accroches publicitaires irrésistibles.
  2. Le prix peu élevé du livre en comparaison de ce qu’il va rapporter. Qui refuserait de dépenser 3 dollars si c’est pour en gagner des centaines et des milliers ?

Par ailleurs, si Gary Halbert oppose deux montants dans son exemple, le montant que la cible va dépenser, et celui qu’il va gagner, vous n’êtes pas obligé, vous, de faire pareil.

Vous pouvez opposer le prix du produit à ses bénéfices, à ce que ce produit change dans la vie de votre prospect.

Et là, je vous entends nous dire :

« Ulrich, David, trop compliqué tout ça ! Vraiment !

Avec tout ce que j’ai à faire pour que mon business se développe, quand est-ce que je vais trouver le temps d’apprendre la façon d’aligner les mots les uns à la suite des autres, de les tisser de manière à déclencher les images de mon choix dans l’esprit de ma cible, de manière à leur faire penser ce que je désire ? »

Et là, je vous réponds :

Pas besoin d’apprendre le copywriting pour faire du bon copywriting. Il suffit de se servir des modèles fin prêts à l’emploi

« Pas besoin d’apprendre le copywriting si son apprentissage ne vous passionne pas ! Surtout que cet apprentissage, s’il va être complet, va vous coûter plusieurs années. Vraiment pas besoin !

Pour que vos textes de vente obtiennent le même effet que ceux des maîtres copywriters, il suffit que vous utilisiez des modèles conçus à partir de leur contenu, et qui sont prêts à l’emploi ».

Reprenons l’annonciateur de prix (si vous voulez la définition du groupe de mots « Annonciateur de prix », lisez ce contenu : Le vocabulaire du copywriting expliqué ) utilisé par Gary Halbert :

« Bien que ce livre puisse signifier des centaines et des milliers de dollars pour vous, il est seulement à 3 dollars » Auteur : Gary Halbert

Source : La Boîte à Outils du Copywriter

 

Voici trois modèles prêts à l’emploi qui en ont été tirés :

  1. Modèle 1 : « Bien que ce (nature de votre produit ou son nom si vous préférez) puisse signifier des centaines et des milliers d’euros pour vous, il est seulement à (chiffre) euros »
  2. Modèle 2 : « Bien que (nature de votre produit ou son nom si vous préférez) vous permette de …, il est seulement à (chiffre) euros »
  3. Modèle 3 : « Ce (nature de votre produit ou son nom si vous préférez) est seulement à (chiffre) euros alors qu’il peut vous aider à :
  • Citez le résultat principal que votre prospect obtient en utilisant votre produit
  • Citez le 2e résultat que votre prospect obtient en utilisant votre produit
  • Citez un 3e résultat si tel est le cas ».

 

Comme vous l’avez compris,  le modèle 1 vous permet d’opposer deux montants : ce que votre prospect va dépenser, et ce qu’il va gagner.

Quant au modèle 2, il vous permet d’opposer le prix du produit à un bénéfice  du même produit, à ce que ce produit change dans la vie de votre prospect.

Quant au modèle 3, il vous permet d’opposer le prix du produit à plusieurs de ses bénéfices ou résultats obtenus en l’utisant, à plusieurs des choses qui vont changer dans la vie de votre prospect.

Des modèles de divers annonciateurs de prix qui se servent des stratégies de maîtres copywriters,  La Boîte à Outils du Copywriter en contient beaucoup ! Et d’ailleurs, elle est loin de ne contenir que des modèles d’annonciateurs de prix 🙂

 

Mais peut-être que vous éprouvez une passion tellement forte pour le copywriting que vous désirez l’apprendre plutôt que d’utiliser des modèles fin prêts à l’emploi  ?

Là encore, La Boîte à Outils du Copywriter  est exactement ce qu’il vous faut. La Boîte à Outils du Copywriter est ce qu’il faut à toute personne qui désire vendre en utilisant l’écrit, que cette personne vende sur internet ou hors internet. Pourquoi ?

Avant de répondre à cette question, éclaircissons un point : si vous ne savez pas que le copywriting s’utilise tant sur internet que hors internet, lisez donc Copywriting : définition et champs d’application.

À présent, pourquoi est-ce que la Boîte à Outils du Copywriter est exactement ce qu’il vous faut ?

Parce que la plupart des livres de copywriting (conception-rédaction) vous expliquent très bien tout ce qui concerne la théorie, mais ne développent pas en vous le savoir-faire nécessaire.

De nombreux livres de copywriting  vous expliquent l’importance des témoignages, la nécessité de présenter les avantages de votre produit du point de vue du client, la nécessité d’offrir une garantie de satisfaction qui renverse le risque, etc.  Et ce sont des choses importantes à savoir !

Mais l’écrasante majorité de ces livres ne vous montre pas comment traduire tous leurs bons conseils en mots et phrases dans vos textes de vente. Ils ne vous dévoilent pas quels mots utiliser, et la façon de structurer vos phrases pour avoir l’effet désiré sur votre client potentiel.

Autrement dit, ils ne vous permettent pas vraiment de maîtriser le copywriting (rédaction commerciale et publicitaire, conception-rédaction). En théorie, vous serez un maître copywriter. Dans la pratique, vous ne vous en sortirez pas vraiment. Dans les faits, vos textes de vente ne seront pas vraiment performants.

Si vous voulez vraiment devenir fort dans la pratique, il vous faudra passer par les étapes suivantes :

  • investir plusieurs semaines dans la recherche et la collecte de texte de vente réellement conçus par des maîtres copywriters ;
  • traduire ces textes de vente, vu que la majorité sont en anglais ;
  • identifier et catégoriser les divers outils copywriting (accroches, ouvertures ou premiers paragraphes, appels à l’action ou metteurs de pression, annonciateurs de prix, garanties, etc) contenus dans chacun desdits textes de vente ;
  • prendre chacun de ces outils, et apprendre à les reproduire/réécrire manuellement (ou sur ordinateur) en utilisant vos propres mots. C’est grâce à la répétition de cet entraînement que vous parviendrez, au fil des semaines, des mois, et des années, à développer tous les automatismes nécessaires.

Et c’est vrai, personne ne peut répéter cet entraînement à votre place. Mais au moins, vous n’aurez pas à passer par les étapes précédentes.  Car La Boîte à Outils du Copywriter. l’a déjà fait pour vous :

Avant même de vous fournir les modèles prêts à l’emploi, la Boîte à Outils du Copywriter vous présente les versions originales de ces outils de maîtres en copywriting (rédaction commerciale et publicitaire, conception-rédaction).

Tout ce que vous avez alors à faire, c’est de choisir, chaque jour, un ou plusieurs de ces outils, et de vous entraîner à le réécrer avec vos propres mots. Ça va vous permettre d’acquérir les automatismes d’écriture des maîtres copywriters. Un peu comme un pratiquant de karaté développe les bons réflexes et gestes en imitant les techniques de son maître !

Exactement comme les maîtres en rédaction commerciale et publicitaire,vous saurez choisir les bons mots, structurer vos phrases, et enchaîner les bonnes idées de façon à obtenir le résultat désiré.

Mais encore une nouvelle fois, pourquoi se casser la tête à faire tout cet entraînement si l’on n’est pas passionné comme nous et que des modèles prêts à l’emploi peuvent être utilisés pour construire rapidement et facilement des textes de vente performants ?

Voilà, avez-vous des questions ou des préoccupations relatives aux stratégies des maîtres du copywriting pour faire passer les prix de leurs produits (biens ou services) ? Si  oui, merci de nous en faire part dans la zone réservée ci-dessous à cet effet.

Et si cet article vous a apporté quelque chose, merci de le partager. Ça motive beaucoup à en écrire d’autres pour vous. 🙂

 

 

 

2 commentaires

  • Julien Godart dit :

    C’est la première fois que je laisse un commentaire alors que vos articles m’ont toujours bien guidé et inspiré.

    Merci pour ce bon travail.

    Une fois de plus on se rend compte à quel point le choix des mots est crucial pour aider le lecteur à passer à l’action.

    Naturellement le lecteur va peser le pour et le contre en ce qui concerne le côté coût et le côté gains.

    Effectivement tout dépend de la façon dont la phrase est construite et l’ordre dans lequel les idées sont développées.

    C’est sûr qu’il faut s’exercer avant que tout ça devienne des automatismes comme ça pouvait être le cas d’un maître copywriter comme Gary Halbert.

    Encore merci.

    Julien

    • Bonjour Julien,

      Soyez donc le bienvenu dans l’espace commentaire 🙂

      Content que nos articles vous inspirent et vous guident. C’est pour nous un encouragement à continuer.

      Oui, effectivement, il faut s’exercer pour que tout ça devienne un automatisme. Mais ça, n’est-ce pas pour les passionnés de copywriting comme vous et nous? N’est-ce pas pour ceux qui veulent prendre le temps et la peine de l’apprendre jour après jour?

      Pour les autres, la vaste majorité de ceux qui veulent que leurs textes de vente aient les mêmes effets que ceux des maîtres copywriters, mais qui n’ont pas le temps ou l’envie d’apprendre le copywriting, ce n’est pas la solution idéale.

      Voilà pourquoi la Boîte à Outils du Copywriting existe:

      – Pour ceux qui désirent apprendre le copywriting, ils y trouvent des tonnes d’outils de copywriting (accroches, garanties, ouvertures, metteurs de pression (appels à l’action), premiers paragraphes, etc) conçus et développés par les maîtres copywriters. Il leur suffit d’en piocher un par jour, et de s’amuser à l’analyser, puis à en reproduire la structure et les éléments essentiels, en se servant de leurs propres mots.

      – Pour ceux qui désirent construire RAPIDEMENT et FACILEMENT des textes de vente dignes de ceux des maîtres copywriters sans devoir apprendre le copywriting, il y a les tonnes de modèles d’outils de copywriting prêts à l’emploi. Il leur suffit de les utiliser.

      Bien amicalement,
      Ulrich

Leave a Comment

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.